dimanche 22 mai 2011

Sur la e-notoriété des partis politiques tunisiens

Voilà que la campagne de communication, de propagande, d'information et de désinformation est lancée depuis quelques semaines. Au-delà des classiques meetings, plus ou moins fréquentés par le public citoyen, chaque parti essaye de se démarquer selon ses propre moyens. Essayons d'y voir plus clair...


Les obscurantistes de l'Islam politique maîtres du web et du social ?

Pour Ennahda, la très couteuse campagne de Personal Branding de Rached Ghannouchi semble avoir été terriblement efficace. A coup de dizaines de milliers de dollars qui serviront d'argent de poche au jeune Marc Zuckerberg, Rached a vu son visage nahdaoui placardé sur la page d'accueil d'environ 2,2 millions de facebookeurs tunisiens durant quelques semaines. Résultat : 123.000 fans, très loin devant Nejib Chebbi et Saber Rebai.

Cependant, le culte de la personne n'est certainement pas le seul axe de communication des nahdaouis. Leur branche "artistique" tourne autour de quelques chansonniers au discours salafiste. Le jeune Psycho M, par exemple, anime leurs meetings en appelant au meurtre de Nouri Bouzid pour chauffer un public en manque de vitriol.

Le parti des Cheikh s'inspire également des méthodes des "Frères Musulmans" égyptiens, en investissant le social pour distiller son message auprès des plus jeunes votants en offrant notamment "gratuitement" des cours privés aux bacheliers.

Pour finir avec les obscurantistes, cette semaine, nous avons eu droit à un clip de campagne reprenant (ou plagiant) la campagne de Sarkozy 2007 : "ensemble tout devient possible".
Musique à la Jason Mraz, le peuple qui pêche, le peuple qui sourit béatement en travaillant dans un call center, une femme qui peint un gros vase et le contre-jour d'un coucher de soleil romantique pour achever le tableau. Une barbe discrète par ici, un voile sexy par là, rien à dire, Ennahda a choisi la bonne agence de com. Pas certain que l'agence de com. ait fait un bon choix concernant le client...l'argent, n'a donc pas d'odeur ?

video


Et les autres ?

Pour Ettajdid, le CPR, el PDP, Ettakattol, el PCOT et les autres opposants historiques, rien d'aussi original et invasif : meetings, web TV et لمن إستطاع إليه سبيلاً affichage urbain 4X3 mètres de bonheur chauve comme pour les judas jaunes ci-dessous : 



L'UMP made in Tunisia 
 
Le seul nouveau parti qui fait une percée médiatique spectaculaire est l'in-con-tournable Afek Tounes. A coup de gros sous dépensés dans d'immenses banderoles haut de gamme et d'une stratégie de Communication qui n'a rien à envier au marketing politique de l'U.M.P, les néo-libéraux (dans un pays émergent !! ? Oui oui, ne rigolez pas, ce n'est pas une farce ils sont sérieux :) séduisent la majorité silencieuse et autres amateurs de sur-production, sur-consommation, sur-croissance, croissants aux amandes, sans oublier el Amn wal Amène.


Les chiffres
 
Quant à la e-notoriété de tout ce beau monde, si l'on se fie au fanpages facebook, deux énormes (une bonne et une mauvaise) surprisqe nous y attend. D'abord la mauvaise : deux émanations du RCD occupent la 2ème et la 8ième positions du classement. La bonne surprise est la 4ième position occupée par le Parti Pirate tunisien. Enfin, un parti de jeunes avec des propositions essentielles à la liberté d'expression et d'information.   


1-Congrès pour la République : 20.727
2-l'initiative (fondé par K.Morjane: membre du comité central et du bureau politique du RCD et ministre de Zaba) : 15.822

3-Afek Sfax (pardon, je voulais dire Afek Tounes) : 14.488

4-Al Wifak : 13.221

5-POCT : 11.692

6-PDP : 7.266

7-Le Parti Pirate Tunisien : 5.680


8-el watan (fondé par Jgham et Friaa, ministres de Zaba) : 5.417

9-Ettajdid : 4.021

10-l'UPR : 3.509

11-Ettakattol : 1.304

12-Le parti des ânes tunisiens : 17


Quant au classement des leaders :

1-Rached Gannouchi (Ennahda): 123.000

2-A.Nejib Chebbi(PDP) : 25.000

3-Moncef Marzouki : 16.729

4-Mostfa Ben Jaafar (Ettkattol) : 10.000
5-Ahmed Brahim (Ettajdid) : 1.150
6-Kamel Morjane (l'initiative): 264

7-Ahmed Friaa (al watan): 26

Que peux-t-on retenir de ces différents classements ?

Bien que ces chiffres ne soient pas à mettre en phase avec la réelle notoriété des partis, ils nous révèlent toutefois certains axes stratégiques :

1. Les quatre partis qui prennent au sérieux le pouvoir du web dans la fabrication d'une opinion de masse favorable semblent être Ennahda, l'initiative, el PDP et Afek. Ces partis disposent des financements plus importants financements privés (et parfois obscurs, mahou Cheikh Rached et Si Kamel Morjane ?)

2. Trois stratégies se distinguent bien qu'elles soient juxtaposées la plus part des cas : 

a. la starification et le culte de la personne pour Ennahda, el PDP, Ettakattol.

b. la promotion du parti :  l'initiative (essentiellement pour occulter la présence de Morjane et de Aziz Miled derrière tout ça). Afek qui joue ouvertement la carte "nous sommes une équipe". Al Wifak,

c. la promotion des idées et du programme défendu par le parti  : Ettajdid, le C.P.R. D'ailleurs, le CPR tire peut-être son épingle du jeu en proposant un espace de débat et non pas une fan page...


d. nous avons un Parti des ânes Tunisiens !!!!!

Et maintenant ?
Les obscurantistes, les crapules RCD'istes et les "retourneur de veste" soutenus par les bailleurs de fonds de Zaba pointent en tête des classements de popularité, grâce à un excellent community management et aux éternelles milices médiatiques de la honte.

Si nous leur abandonnons le web social, nous leur abandonnerons également les clés de l'opinion et la fabrication des valeurs de notre Société à venir.

Il est temps pour les honnêtes citoyens de prendre parti pour un parti en dépassant l’écran de fumée médiatique et en se fiant AVANT TOUT au programme et au passé politique de ses fondateurs et militants. Puis, il s'agira de défendre ses valeurs pixel par pixel dans le web social et en dehors...car comme lavait deviné Marshall McLuhan "le média est le message"...

--------------------------------------------------------Kerim Bouzouita

5 commentaires:

  1. Et maintenant...c'est le post que j'attende... objectif et communicatif...

    Bon je vais citer quelques mots clés et par la suite ajouter quelques détails :

    obscurantistes,web social ,la bonne agence, لمن إستطاع إليه,fanpages facebook,Parti des ânes Tunisiens,le média est le message, e-notoriété...et le mot que je vais ajouté le "e-réputation".

    *Ennahda : à mon sens, c'est le parti qui est le plus populaire selon le web. La notoriété du chikh ne vient pas d'une vraie connaisance du programme des nahdhaouines "yesser thawine", mais d'un vrai buzz politique ou plutot le e-répuation "el 7moum" de ce parti"...du coup cette image qui montre les nahdahouines comme des futurs terroristes "les fututrs bin laden"...pourra leur donner une popularité dans les éléctions "l'effet des fanspages perturbateurs" . Grace aux américains "Yes we can nanahdhou"....

    *Les partis qui ont été induits en erreur "ghaltouhom" ou "mech7a7a wala fogra" : ce sont les partis qui ont une réputation "5eyba" à cause de ZABA...Le web social les montre comme des retourneurs de vestes... je ne parle pas de Morjen mais du PDP et les autres...pas mal comme affiche, mais le e-réputation et meme la réputation mta3 é denya "ri7etha be ri7et zaba"...

    *Le parti des ânes : d'après les infos : il y aura peut etre une alliance entre les ânes et les singes et le local est connu...Je les souhaite de tout mon coeur....le succès absolu.

    Pour conclure, la définiton du e-notoriété en un simple mot "e-reputation"...dommage c'est pas le cas en Tunisie. Le coût de ce e-réputation semble un peu élevé, par contre ceux qui cherchent le travail avec du "rakcha"...me semblent les seuls qui possèdent un e-réputation...dzl pour les autres arj3ou godwa.

    RépondreSupprimer
  2. Salut Dali,
    Très intéressante ton analyse de l'analyse. J'ai préféré "e-notoriété" à "e-réputation", parce que la notoriété est un paramètre objectif chiffrable. La réputation engage l'image de marque, et elle n'est forcément en corrélation avec la notoriété. On peut être connu mais très peu apprécié et inversement.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis totalement d'accord avec vous Kerim...mais j'ai une question qui tourne dans ma tête après le dégage du premier gouvernement de Ghanouchi...Est ce qu'on peut vraiment changer une image de marque d'un homme "politique" à travers le web même si on connait bien son passé quelque soit angélique ou torturant? Est-ce faisable ? Car j'ai peur des anciens RCDistes "Friaa, Morjen....".

    RépondreSupprimer
  4. L'image de marque n'est pas statique. C'est une perception dynamique qui évolue en fonction de l'objet concerné par l'image et de la conjoncture.
    On peut,bien évidemment, changer une image de marque par la propagande. L'initiative de Morjane fait un gros travail sur facebook grâce à plusieurs jeunes liés à la nébuleuse Morjane/Aziz Miled et entrainé à contre argumenter systématiquement (très faiblement d'ailleurs ) toute attaque envers le ministre de Zaba....
    Mais ce qui est intéressant, c'est que chacun peut contribuer à dégrader une image de marque, pour cela il faut établir un agenda de contre-propagande qui se basera sur :
    1-des critiques crescendo des plus faibles au plus fortes
    2-des critiques toujours objectives et factuelles pour ne pas discréditer la contre-propagande.
    3-la continuité et la régularité des attaques.
    4-l'attaque finale juste avant les élections.

    RépondreSupprimer
  5. Merci Kerim, c'est ce qui nous faudra pour le moment...j'espere bien qu'on réussisse à les écarter...

    RépondreSupprimer

Contrat Creative Commons
readwriteworld de readwriteworld est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Partage à l'Identique 3.0 non transcrit.
Basé(e) sur une oeuvre à www.readwriteworld.blogspot.com.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à www.readwriteworld.blogspot.com.