mercredi 29 juin 2011

Le mystère des faux salafistes : qui se cache derrière cette violence ?

Ces derniers jours ont été marqués par plusieurs actes de violence commis par des individus unanimement décrit comme des "salafistes" par les mass-médias tunisiens. Vrais obscurantistes, l'appareil sécuritaire et sa police politique, les RCD'stes, qui est derrière tout ça ?

Les évènements :

Dimanche 26 juin, un groupe de délinqent a attaqué le cinéma AfricArt en menaçant de mort les spectateurs venu assisté à la projection de deux films dont l'un traite de la question de l'athéisme en Tunisie. Pour en savoir plus sur cette affaire : Terrorisme à l'Africart : A qui profite le crime ?

Lundi 27 juin, un groupe de "barbus" a empêché des touristes de visiter la grande Mosquée d'Okba à Kairouan. Le même jour, toujours des barbus, obligent des baigneurs à quitter la plage en leur promettant un été sanglant.

Mardi 28 juin, un groupe de "salafistes" manifeste devant le tribunal de première instance de Tunis pour faire libérer les 7 terroristes arrêtés par la police après le saccage de l'AfricArt.

Sans remettre en question l'existence d'obscurantiste religieux dans notre beau pays révolutionnaire, (vous n'avez qu'à assister à un meeting d'Ennahdha 2011 pour vous rendre compte que le public est souvent là pour écouter un prêcheur lui offrir le paradis et non pas un politicien qui lui propose un projet de société), certains indices nous laissent perplexes quant à la réalité de ces "salafistes".

D'abord, le salafisme qui se subdivise en deux courants distincts, n'est pas un phénomène nouveau. Son histoire le classe plutôt dans la catégorie non-violente du salafisme de prédication. Et bien que cette première forme n'est pas férocement opposée au salafisme djihadiste, elle constitue souvent une première étape dans l'engagement idéologique de ses partisans. Or, ce qui est tout de même curieux dans l'apparition des ces prétendus "salafistes", c'est l'absence de cette phase de prédication nécessaire à l'endoctrinement, phase qui ne serait jamais passée inaperçue.

Puis, le comportement de la police de Habib Essid ministre de l'intérieur ( et ancien Chef de Cabinet du villisime Abdallah Kallel durant la période la plus sombre pour les droit de l'Homme en Tunisie), nous laisse perplexe à chaque fois : les policiers laissent faire ces délinquants en réagissant toujours avec un temps de retard. 

Enfin, le timing de ces évènements nous semble bien curieux. Il coïncide avec la manifestation organisé par le Conseil National pour les Liberté en Tunisie (CNLT) demandant à ce que les responsables des répressions et des meurtres des citoyens tunisiens soient jugés au lieu d'obtenir des promotions dans la hierarchie du ministère de l'intérieur.

Autre coïncidence, ces actes sont commis au moment même où Saida Agrebi, la célèbre  proxénète et bras droit de Leila Trabelsi gagne son procès. Évènement qui aurai dû indigner et scandaliser l'opinion public et l'alerter quant à notre appareil judiciaire manifestement toujours infestés de corrompus. passe simplement à la trappe médiatique; les débats publics étant dominé par l'épouvantail salafiste.

La preuve par l'image :

Et non, ce n'est pas le dernier gag de Mr Bean ! C'est la manifestation "salafiste" du 28 juin. Regardez-bien l'homme en blanc au premier plan qui a du mal à maintenir sa barbe qui se détache. a-t-on  de superglue au ministère de l'intérieur ?


video


Le mot  de la fin :
Toute Révolution est une guerre et chacun de nous est un soldat. N'ayez plus jamais peur de personne, ne désertez pas, l'avenir a encore besoin de vous.
Vous souhaitez enrichir le contenu de l'article avec d'autres informations et documents ? Laissez un commentaire.
 
Vous souhaitez suivre l'auteur de l'Article sur twitter ?  @yezzifokk  
Vous souhaitez partager l'Article sur facebook et twitter ? les boutons sont à votre droite
 

mardi 28 juin 2011

Meurtres à Sidi Bouzid. : la main rouge du RCD.

Sidi Bouzid, 4 février 2011.


Deux hommes sont assassinés par le feu dans un poste de police . Les médias tunisiens "évitent" de s'intéresser à l'affaire et censurent les témoignages impliquant des ex-responsable RCD et la police.
 

ReadWriteWorld avec Kerim Bouzouita, Lamia Slim et Haythem el Mekki mène l'enquête avec la collaboration du Général Rachid Ammar et du  Colonel Hasnaoui.




dimanche 26 juin 2011

Terrorisme à l'Africart : A qui profite le crime ?


Flashback sur ce qui s'est réellement passé :

Le collectif Lam Echaml, en collaboration avec l'Institut Arabe des Droits de l'Homme, organisait le dimanche 26 juin l'évènement Touche pas à Nos Créateurs نحي يديك على مبدعيننا
pour dénoncer toute forme de censure,  de pression et agression à l’encontre de tous ceux qui veulent s’exprimer, quelque soit la forme de cette expression.

L'évènement prévoyait la projections de deux films, dont "Ni Allah ni maître" de Nadia El Fani, ainsi que l'intervention de quelques artistes tunisiens qui ont justement subi censures, pressions et agressions. Mais voilà, des délinquants ont en avaient décidé autrement. Les versions de tous les témoins interrogés concordent sur les faits suivants :

Plusieurs dizaines d'individus munies d'armes blanches et de bombe à gaz ont saccagé l'entrée de la salle de Cinéma, le guichet ainsi que certaines équipements. Une fois dans la salle de projection, ils ont fermé le rideau pour recouvrir l'écran et ont ouvertement menacé de mort le public "si le film est diffusé, nous vous égorgerons...".

Le maître des lieux, Mr. Habib Belhedi ainsi que la secrétaire générale de l'ATPCC ont été physiquement agressés. Pendant ce temps-là, les policiers assistaient sans réagir à ces actes criminels. Interrogés plus tard, ils ont affirmé "avoir attendu les instructions pour intervenir". 

Au bout de 50 minutes, les policiers ont enfin dispersés les gros des troupes terroristes en arrêtant presque la totalité des individus qui avait pénétré dans l'enceinte de la salle de projection, hormis trois d'entre-eux qui ont pris la fuite. Et la projection a finalement bien eu lieu, cependant, les spectateurs ont dû emprunter la sortie de secours par mesure de sécurité. 


Mais à qui profite le crime ?

Bien que certains mass-médias ont tout de suite pointé du doigt des islamistes fous-furieux en parlant de barbes et de slogans salafistes, certains indices et le déroulement des évènements nous invitent à nous poser des questions quant à l'interprétation de ces actes pour ne pas tomber inlassablement dans le piège de l'épouvantail salafiste.

Si l'on observe bien les vidéos, on remarque que les barbes n'étaient pas si nombreuses. Et que les parmi ces criminels, certains étaient chargés d'empêcher les gens de filmer. Les cyber-activistes se souviendrons bien évidemment que ces manières ressemblent étrangement à celles de la police politique de Ben Ali. A vous de juger :





video


A ce stade, on peut légitimement s’interroger sur la complicité du Ministère de l'Intérieur et la police politique dans ces actes terroristes, mais la question qui vient à brûle point est bien évidement la suivante : Est-ce que Ennahdha est le commendataire ou le complice de ces actes de barbarie ?

Les réponses des nahdhaouis est pour le moins troublante...Interrogé par Kapitalis à propos de cet acte terroriste, Zied Daoulatli, du bureau exécutif du parti Ennahdha, a déclaré : 

"Nous condamnons fermement cette violence et nous allons publier, ce soir tard ou au plus tard demain matin, un communiqué en ce sens, [...] Nous avons des informations selon lesquelles des groupes d’extrémistes, dont beaucoup portent la barbe, préparent des actions comme celle d’aujourd’hui pendant l’été et durant ramadan"

Devons-nous comprendre que Ennahdha détenait des informations sur ce qui se préparait sans avertir les autorités ? Et quelles sont donc les sources d'information des partisans du Cheikh Ghannouchi ?

Quoi qu'il en soit, ces actes doivent être sévèrement condamnés et les auteurs lâches et indignes doivent être exemplairement justiciés par les autorités.
Quant à nous citoyens, nous avons le devoir sacré d'envoyer un signal fort à tous les ennemis de la liberté : Nous n'oublions pas, nous ne pardonnons pas. Sans omettre qu'appeler au meurtre au nom de l'Islam est une grave atteinte aux croyances de tous les musulmans du Monde.

Mais ces actes, à qui bénéficient-ils réellement ?  Ce qui est certain, c'est que l'attention et le débat public et médiatique qu'ils engendrerons ne feront que diriger l'attention des citoyens bien loin des objectif de la révolution :

-Rétablir l’État de Droit
-Préparer sereinement les élections de la Constituante.
-Garantir les libertés individuelles à TOUS les citoyens tunisiens sans distinction : musulmans, juifs, chrétiens, athées, bahai,  bouddhistes, etc.
-Justicier les bourreaux, les assassins, les complices et les bailleurs de fonds du régime Ben Ali.
-Assainir le Ministère de l'Intérieur.
-Assainir l'appareil judiciaire qui est entrain de blanchir les complices du régime de la tyrannie: Hedi Jilani, Slim Chiboub, Saida Agrebi.
-Assainir les mass-médias toujours gangrénés par les nébuleuses Ben Ali/RCD: Karoui & Karoui, Cyrine Ben Ali, Gueddiche JR., etc.
-Empêcher le gouvernement de transition de contracter des dettes faramineuses auprès du FMI et de la Banque Mondiale en notre nom.
-Calmer les querelles partisanes et unifier les différentes mouvances politiques autour d'un seul et même objectif : le service de la Nation. 
-Récupérer l'Argent tunisien volé par le clan et placé à l'étranger.

Maintenant que vous avez tous les éléments en main, vous pouvez facilement déduire qui sont les grands bénéficiaires de ces actes contre-révolutionnaire. Alors à vos commentaires  :)

vendredi 24 juin 2011

Le Spot Choc Anti Ennahdha !

Décidément, nos concitoyens redoublent d'efforts et de créativité dans une forme de critique politique à travers l'expression artistique sur le web social.
Si le PDP, Afek Tounes et les partis néo-RCD'istes ( Al Moubadara, Al Watan) sont des cibles récurrentes de ces anti-pubs, Ennahdha et son Cheikh Rached Ghannouchi semblent êtres les têtes à claque préférées des internautes tunisiens.

Après le ton humoristique de la campagne anti-pub (voir : Le Génie Citoyen à l’œuvre : les contre-pubs d'Ennahdha), le web social nous offre un spot choc où l'enjeu n'est plus le débat stérile et faussement antinomique islam/laïcité, mais une réappropriation du patrimoine intellectuel arabo-musulman et de quelques éléments identitaires confisqués par le discours des obscurantistes de l'islam politique.

video

 Traduction des inserts pour les non arabophones :
"Pour que l'on empêche les terroristes égarés de maculer notre Histoire - Protégeons notre Révolution d'Ennahdha - pour un avenir aussi radieux que le passé, ne votez pas Ennahdha - Ennahdha, je suis musulman, je suis contre
"

Bien évidemment, les partisans du Cheikh Ghannochi ont férocement et dans leur bon droit condamné ce spot, arguant que celui-ci nuit à l'image de marque de leur parti. Ils auraient probablement mieux fait d'attaquer le clip pour "manque de créativité" puis que ce dernier est une simple modification d'un spot pour la lutte contre le terrorisme en Irak.

Mais n'est-ce pas là une condamnation de la liberté d'expression gagnée dans la lutte et par le sang de nos martyrs pendant que ce même Cheikh était confortablement installé sur son fauteuil derrière son écran de télévision à Londres durant les 20 dernières années ?

mercredi 22 juin 2011

Tout ce qu'il faut savoir sur l'affaire Khachnaoui : le journaliste qui a osé dénoncer


Le journaliste tunisien Néji Khachnaoui vient de recevoir une convocation du juge d’instruction  suite à une plainte déposée contre lui par l’affairiste et ami personnel du Tyran en fuite, Néji Mhiri. Celui qui fut "bizarrement" administrateur à la Banque Centrale de Tunisie alors qu’il devait au même moment plus de 600 millions de dinars aux banques tunisinnes. Retour sur une affaire dont les enjeux dépassent les apparences.



Le 22 janvier 2011, à peine une semaine après la fuite de Zaba and Co., le journaliste et blogueur N. Khachnaoui publie un court papier dans le journal Echaab (le peuple), dénonçant nominalement quelques richissimes familles notoirement lié à l’ancien Pouvoir. Bien que le papier ne soit pas soutenu par une enquête détaillée, il possède bien deux mérites : 

Primo, il invite les citoyens tunisiens à s’intéresser de plus près au cas des principaux bénéficiaires du système Zaba-Leila. 

Secondo, il démontre sans appel que certains journalistes tunisiens sont équipés de testicules, lavant ainsi (un petit peu) l’honneur maculé et remaculé de la profession par des années d’allégeance et d’inféodation zélée.

Ici l’article original de N.K (cliquer sur l’image pour l’agrandir)







Averti par cette convocation, le Syndicat Général de la Culture et de l’Information publie un communiqué façon « blogueurs furieux ». En bref, ils se rangent du côté de N.K et avertissent de « protester de toutes les manières légales » si l’on touche à un seul cheveu de leur collègue. Preuve sans appel que certains journalistes tunisiens ont réussi leur greffe des testicules et savent jouer à l’épreuve de force avec un appareil judiciaire décidemment gangréné par le zabaitisme.

Ici le communiqué du SGCI (cliquer pour agrandir aussi)




Nous sommes en droit de contester et de demander des comptes à cet appareil judiciaire qui traine à justicier ceux qui ont terrorisé, torturé, assassiné et volé tout un peuple et qui se révèle toujours prompt et efficace lorsqu’il s’agit de bâillonner systématiquement ceux qui dirigent notre attention vers les principaux complices et bénéficiaires de la dictature. Les affaires Rajhi, Feriani et Khachnaoui sont la parfaite illustration de cette logique d’intimidation.

Alors qu’il est manifeste que le gouvernement Essebsi n’a ni  l’ambition, ni les compétences et ni le pouvoir d’assainir l’appareil d’Etat et ses institutions, ne perdons pas de vue que personne ne nous rendra justice si nous n’en exprimons pas le brûlant et indéfectible besoin. Soutenir ceux qui s’expriment au nom de la justice et de la liberté est notre devoir. Alors montrons aux ennemis de la Nation, où qu’ils soient, que nous sommes toujours aux aguets, assoiffés de justice et de liberté.

Lorsque les gouvernants se rangent du côté du corrupteur, du corrompu et de l’oppresseur, se révolter est le devoir de chaque citoyen : لا خوف بعد اليوم


Vous vous sentez concernés par la liberté d'expression ? Diffusez l'information atour de vous : il suffit d’appuyer sur le bouton partager sur facebook ou sur twitter à votre droite.



jeudi 16 juin 2011

PEOPLE OF SYRIA Let the World know ! Here is how !


Dial up access for Syria :  

+492317299993, User=telecomix, Pass=telecomix 
+4953160941030, User=telecomix, Pass=telecomix
+31205350535, User=XS4all, Pass=XS4all
+431962962, User=selfnet, Pass=selfnet 
+34912910230 no password
+16033715050 no password
+4721405060   no password


+4953160941030 user : telecomix password : telecomix


@speak2tweet works in Syria. Call +16504194196 or +390662207294 or +442033184514 to hear tweets or leave a tweet.

@emcomstream works in Syria Call skype
inbox.intercom.gs +97316199341 +12062794895 +883510001348973 to leave a msg and have it tweeted.


http://74.125.93.104/ seems to work for accessing the Google search page. Other features might use different servers at different IPs.
scroogle.org will let most ppl get around blocks on google. Try it if you need to

mercredi 15 juin 2011

Breaking News : le site de la C.I.A piraté par des Hacktivistes !

Après Anonymous, c'est une autre supra-conscience collective de Hacktivistes qui fera très probablement parler d'elle dans les temps à venir.

La nébuleuse LulzSec vient d'attaquer et de casser le serveur du site web de la CIA www.cia.gov tout en saturant le serveur vocal du FBI au moment même.

Ce groupe qui n'en est pas à son premier exploit avait déja attaqué il y a quelques jours ec succès deux sites de la firmes Sony.

Après les révolutions arabes, le courants des "indignés" qui se propage partout en Europe, les Hacktivistes américains se joignent à ce grand élan vers le changement. Quelque chose est entrain de se passer sur terre en ce moment et il y a fort à parier que l'avenir nous réservera encore des surprises.

In English


After Anonymous, it's another collective super-consciousness of hacktivists that might spread its way through the future.

The LulzSec nebula has recently attacked and broke down the CIA website server www.cia.gov while saturating at the same time the voice server of the FBI.

This group which is not at its first achievement had already successfully attacked a few days ago two Sony company websites.

After the Arab revolutions and the "outraged" movement that spread throughout Europe, the U.S. hacktivists join today this great moment of change. 


Something is happening right now on our planet and we can strongly believe in a promising future full of surprises.

lundi 13 juin 2011

Ammar404 doit mourir : le tribunal met la sécurité des tunisiens en danger !

Le tribunal vient de rejeter l’appel de l’Agence Tunisienne d’Internet (ATI) du jugement du 26 mai dernier lui ordonnant de censurer nos bon vieux sites pornos, suite à une requête d'un groupe d'avocats salafistes, jugeant que ces sites "représentaient un danger évident pour les enfants et ne convenaient pas aux valeurs musulmanes de la Tunisie..."


Terrible Erreur : Toutes les études scientifiques réalisées sur le sujet démontrent unanimement que la pornographie diminue le nombre de crimes sexuels. Voir The Scientist et The Pacific Center For Sex and Society.

En somme, cette décision est très dangereuse puisqu'elle met en danger la sécurité des femmes et des enfants première victimes d'agression sexuelles...Ce qui est "danger évident pour les enfants et les valeurs musulmanes de la Tunisie", n'est-ce pas ?

Mais, une question me brûle le bout des doigts sur l'Azerty : Où étaient ces avocats lorsque Zaba et ces sbirres volaient, torturaient et massacraient tous ceux qui se battaient pour la liberté ? A ce que je sache, tout ce que faisait Zaba était vachement contre les valeurs musulmanes pourtant non ?

Au-delà de la nature des sites censurés, c'est cette logique de filtrage qui est dangereuse et condamnable. Personne, non personne n'a le droit de décider ce que nous avons le droit ou non de consulter après les www.

Plus encore, personne, non personne n'a le droit de nous imposer ses propres codes moraux, ceux qui conviennent à son fantasme de société idéale sur mesure pour sa petite vie et son esprit étroit.

Mes très chers lecteurs, cette décision est la dictature d'une morale particulière et si nous ne réagissons pas contre ce genre de décision, nous céderons sans doute du terrain au entrepreneurs de morale et aux ennemi de notre liberté.

Quant à  l’Islam, il prône l'amour et la liberté non ? Alors toi l'avocat wannabe salafiste et toi ammar404,  si tu as tellement peur que ton gosse ou ton caniche alcoolique mate du X, rien de plus simple, tu coche l'option Contrôle Parental dans ton navigateur. Un conseil : touche pas à l'Internet !

Vous êtes contre les atteintes à la liberté d'information et à aux mesures de filtrage de l'Internet ? signez la twittition ici 

vendredi 10 juin 2011

Facebook et Twitter interdits par le CSA : où va la France ?

La nouvelle est tombée dans la quasi-indifférence totale et pourtant c'est une décision lourde de conséquences : le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel Français vient d'interdire les mots "Facebook" et "twitter"  sous prétexte de "publicité clandestine".

Après avoir longtemps été confisqué par nos tyrans et le terrorisme intellectuel et mass-médiatique du monde "développé", le cœur de la démocratie semble bien battre, désormais, ici en Tunisie et partout ailleurs dans ce "tiermonde" qui se soulève.

Pour plus d'info, le papier de France 24

mercredi 8 juin 2011

FREE Samir Feriani : le policier qui a osé dénoncer...



video 


أم سمير الفرياني تدعو لمساندتها يوم الأحد 11 جوان على الساعة 11 في وقفة احتجاجية أمام وزارة الداخلية للمطالبة بإطلاق سمير
الفرياني و كل الموقوفين ظلما 

La mère de Samir Feriani demande à tous les citoyens tunisiens de se joindre à elle le 11 juin à 11h devant le ministère de l'intérieur pour un sit-in pacifiste demandant la libération de son fils..






 Ici les lettres de Mr Feriani :







 
ReadWriteWorld rapporte la dépêche de l’agence Associated Press sur l'affaire Samir Feriani :

Un haut fonctionnaire de la police, Samir Feriani, a été interpellé dimanche sur la voie publique par «des collègues du ministère de l’Intérieur» après avoir dénoncé par voie de presse de «graves dysfonctionnements» au sein du département, a-t-on appris lundi auprès de son épouse Leïla.
Selon sa femme, «il était sorti tôt le matin dimanche pour acheter des cadeaux à l’occasion de la fête des mères, quand une voiture ayant à bord quatre personnes l’a percuté, l’obligeant à s’arrêter. Trois d’entre eux l’ont enlevé et conduit à la caserne militaire d’El Aouina (à Tunis) sans aucune explication et le quatrième a pris sa voiture».
«Nous sommes restés sans nouvelles de Samir jusqu’au soir, quand nous avons appris par nos propres moyens qu’il a été arrêté», a ajouté Mme Feriani jointe au téléphone par l’Associated Press.
Selon cette dernière, les «collègues» qui l’ont enlevé sont des agents de la lutte antiterroriste. Ils faisaient partie du corps de la sûreté de l’Etat ou police politique, récemment dissout.
«Ce n’est que lundi matin vers 7h10 que j’ai été informée que mon mari était en état d’arrestation et que je pouvais le voir à la caserne d’El Aouina», a encore relaté Mme Feriani qui s’est élevée contre «la méthode arbitraire» avec laquelle son époux a été arrêté.
«C’est une opération planifiée, d’autant que son bureau a fait l’objet d’une effraction dimanche à la mi-journée et des documents y ont été dérobés», a-t-elle accusé en se référant à des témoignages de «collègues». Elle a précisé qu’«aucune accusation ne lui (a) été signifiée». «On ne sait pas quand il sera libéré et surtout de quoi il est coupable».
La semaine écoulée, ce haut fonctionnaire de la sécurité avait publié dans le journal ‘‘L'Expert’’ deux lettres dans lesquelles il dénonçait de graves «dysfonctionnements» au sein du ministère. Il faisait notamment état de «la nomination à des postes sensibles au ministère de l’Intérieur de personnes impliquées dans des crimes à Kasserine (centre-ouest), avec preuves à l’appui».

lundi 6 juin 2011

FREE Ahmed Rami Ben Jemia : Nawaat video-blogger

Le vidéo-blogger, collaborateur de www.nawaat.org Ahmad Rami Ben Jemia a été arrêté au Kram alors qu'il rentrait chez lui le 07/06/2011 à 21h30. Il est actuellement détenu dans un poste de police à Carthage.

(07/06/2011 à 2h32) : L'info donnée par Anouar Ksouri concernant la libération de A.R Ben Jemia a été infirmée par Yassine Ayari actuellement sur place.

(07/06/2011 à 2h41) Ahmed A.R Ben Jemia vient d'être libéré. Info Yassine Ayari.

La photo ci-dessous est adaptée au format photo de profil facebook si vous voulez lancer un appel pour sa libération.

@yezzifokk pirate le Printemps des Zarts de la Marsa



video

Je n'ai pas la moindre sensibilité artistique envers l'art contemporain, c'est un fait. D'habitude, j'ignore simplement la poubelle recomposée en épouvantail vendue à 5000 dinars dans le genre d'expo où l'on fait de la branlette pseudo-intello et où l'on cite des terroristes intellectuels comme Luc Ferry pour parler d'Esthétique. Après tout, vendeurs et acheteurs font ce qu'ils veulent de leur temps et de leur argent. 

Mais cette année, le printemps des Zarts de la Marsa était en quelque sorte une provocation :


-Des "œuvres" qui récupèrent la révolution pour la gloire et la bourse des "artistes". Le hic ? Récupérer la révolution après la révolution ou étiqueter une photo de canapé rose du type catalogue de boutique d'ameublement avec le mot "revolution", juste pour surfer sur la vague m'indigne.

-Des déchets bricolés vendu hors de prix alors que Redeyf agonise.(ce n'est pas un super argument oui, mais bon, c'est la société de la distraction et de consommation qui m'indigne)

-Bien que le P. des Arts ait commencé le 27 mai, une totale indifférence envers ce qui se passait depuis le 3 juin à Metlaoui régnait dans les lieux. Pas un mot affiché. Juste des prix à 4 chiffres.
Pour ceux qui l'ignorent et les autres qui s'en foutent, il y a eu au moins 15 morts et plus de 100 blessés dans des affrontements tribaux sur lesquels plane l'ombre des ex-RCD'istes. Pour en savoir plus : Nawaat

Nous devons cette Révolution, avant tout, à nos concitoyens du Centre et du Sud du pays ; ceux-là mêmes qui ont transcendé le régionalisme et le clivage Nord/Sud en décembre et janvier dernier et payé le plus grand tribut de sang pour nous tous.


Alors, d'une manière pseudoooooooooooo "artistique", j'ai improvisé une exposition au palais de la Abdellia...

PS : le monde ne s'arrêtera jamais pour réparer les injustice et ressusciter les morts, mais nous, on peut faire preuve de reconnaissance et d'un minimum de savoir être.


Suite imprévue...
Sensibilisé à la question par ce post, le grand plastoksien Julian Concumbers  a décidé de contribuer à sa manière au mouvement contestataire Art Plastoc. Merci Mr Concumbers :








dimanche 5 juin 2011

ReadWriteWorld: Sur la e-notoriété des partis politiques tunisiens...

ReadWriteWorld: Sur la e-notoriété des partis politiques tunisiens...: "Voilà que la campagne de communication, de propagande, d'information et de désinformation est lancée depuis quelques semaines. Au-delà des c..."

samedi 4 juin 2011

Roland Gattous : lorsque le chat remplace la balle

Chaque année, en même temps que les Internationaux de France de Tennis (Roland Garros),   lieu le tournoi de tennis de Roland Gattous. Ce tournoi a été conçu et financé par le Syndicat d'Initiative du Village de Jognefa dans l'agglomération de Gabes pour soutenir le tourisme en mal d'image de marque dont souffre la région à cause de la pollution causée par le groupe pétrochimique.

Les règles sont les mêmes qu'au tennis classique, sauf que qu'au lieu d'utiliser la petit balle jaune, les concurrents se servent de chats vivants adultes et bien nourris.
Cette clause à d'ailleurs été imposée par le World Cats Fundation après le massacre perpétré par Rafael Nadal lorsqu'il évoluait encore chez les juniors.


J'imagine, cher lecteur, que tu doute de la véracité de cette information (à moins que tu sois un sacré sociopathe!), et tu as bien raison, car le tournois de Roland Gattous n'existe pas pour le moment, bien que Slim 404 Amamou aurait très probablement soutenu cette idée ingénieuse s'il était encore Secrétaire d'Etat à la Jeunesse et au Sport. Après tout,  un chat c'est open source !



vendredi 3 juin 2011

Rue89 vend la Révolution Tunisienne

Depuis le 14 janvier 2011, quelques affairistes opportunistes ont vu dans la révolution tunisienne une opportunité commerciale très juteuse.

Parmi les plus mesquins de ces profiteurs, une agence de voyage qui propose un circuit Révolution du Jasmin, pourquoi pas "Révolution du Merguez" tant qu'à faire dans l'exotisme à l'occidentale ? Dans le registre "crevard opportuniste", nous avons repéré un énergumène qui propose à la vente un poster avec les graffitis de la Kasbah pour 30dt.

Je vois déjà pointer les commentaires néo-libéraux : "mais ça relance le tourisme... mais ça fera manger des familles...là je regarde Roland Garros et bla bla bla". Vous vous rappelez de "خبز و ماء و بن علي لا ". Le mot d'ordre a été et reste : Dignité ! Le sang des martyrs n'est pas une marchandise ; la Révolution non plus.

En France, une idée plus heureuse a été initiée par le site web d'information généraliste Rue89. Le site met en vente des t-shirts révolution pour 22/28 euros (compter 40dt à 50dt) et des mugs à café pour 18 euros (35dt). La totalité des bénéfices sera reversée à une œuvre tunisienne.



jeudi 2 juin 2011

ZABA reloaded : ses avocats menacent d'attaquer la Tunisie

Vous rappelez-vous du président-dictateur-tyran-général sanguinaire zine el abidine ben ali (en minuscules bien évidemment) ? 
Oui oui, celui-là même qui a fui le pays le 14 janvier dernier pour se réfugier chez le roi d'Arabie.
 
Le tyran, aurait pu continuer à se terrer comme un rat saoudien à jouer au golf ou mater Roland Garros avec sa cocaïno-woman et son mini-clone, ou encore mieux, il aurait pu signer un gros chèque libellé au peuple tunisien avec tout ce qu'il a volé avant d'opter pour le rituel du suicide japonais.
Mais non ! Il décide de nous donner de ses nouvelles en chargeant l’avocat libanais Akram Azouri et l'avocat français Jean-Yves Le Borgne de prendre en charge sa défense auprès des tribunaux tunisiens et internationaux parce que la machine judiciaire a (enfin!) commencé à tourner. Ces derniers jours le Qatar, la banque libano-canadienne et la brigade financière italienne ont, effectivement, commencé à collaborer avec pour première prise de guerre le yacht du clan ben ali.

L'avocat libanais qui  a accepté de défendre le grande pourriture nationale, il n' a rien trouvé de plus drôle et mesquin que de parler de "propagande contre son client" tout en menaçant de poursuites judiciaires toute instance qui gèlera les biens de Zaba (j'ai comme un trou de mémoire, il parle bien de l'argent du peuple tunisien là ?) sans justifications sera poursuivie.

Quant à son avocat français qui plaide la "mascarade...le mensonge et l’injustice..." conte son funeste client, il vient de donner un sacré coup à l'image de marque de la France qui s'empêtre de plus en plus avec ses démons xénophobes. En effet, Le Borgne est le vice-bâtonnier du barreau de Paris.

Bien que techniquement, Azouri et Le Borgne, ne peuvent défendre Zaba devant les tribunaux tunisiens, nul doute que ces avocats grassement payés avec l'argent du peuple tunisien opterons pour la célèbre défense "Ghalltouni!" ou la démence passagère pour " Cleptomanie et toturomanie sous l'emprise de Bad Romance de Lady Gaga ". 

mercredi 1 juin 2011

Manifestation tunisienne en soutien au peuple Syrien

Pourquoi je soutiens la manifestation contre le régime de Bashar el Assad ?

Depuis le 26 janvier dernier, au moins 1.062 personnes ont été tuées et 10.000 autres arrêtées par les forces de sécurité syriennes...tout cela pourquoi ? Parce que le peuple syrien réclamait la liberté et le droit à une vie digne.

Depuis la mi-mars, le nombre d'enfants blessés ne cesse d'augmenter. 30 enfants sont déjà morts sous les balles du régime du dictateur. Un adolescent âgé de 13 ans est mort sous la torture.



Parce qu'un gouvernement qui tue des manifestants pacifiste n'a plus aucune légitimité et que les syriens sont entrain de payer très cher leur liberté, j'appelle tous les tunisiens qui le souhaite à se joindre à la manifestation du samedi 4 juin devant l’ambassade de Syrie. Nous témoignerons notre solidarité à un peuple courageux et à tous les peuples qui voudront arracher la liberté de leur propres mains.


Kerim Bouzouita 


Infos :

Date : Samedi 4 juin entre 11:00 - 17:00
Lieu : Devant l'ambassade de la Syrie aux Berges du Lac, rue du lac Neuchatel (2eme tournant à droite après le parc d'attractions Dahdah en venant de Tunis.


Contrat Creative Commons
readwriteworld de readwriteworld est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Partage à l'Identique 3.0 non transcrit.
Basé(e) sur une oeuvre à www.readwriteworld.blogspot.com.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à www.readwriteworld.blogspot.com.