mardi 31 mai 2011

Choc : La Banque Fédérale Américaine est en faillite

Depuis le 6 janvier 2011, la Réserve Fédérale Américaine s’est placée sous la protection du Trésor. Ce dernier prendra désormais en charge les pertes de la FED. Ce qui signifie que la banque centrale américaine n’est plus capable de faire face à ses engagements. Pour faire simple : elle est en faillite. Pourquoi, comment et quelles sont les conséquences sur le Monde ?

Pourquoi la FED est en faillite ?

Des créances douteuses


La raison est toute simple : la Fed avait acquis tellement de titres de créances immobilières douteuses qu’une baisse de ces derniers lui aurait été fatale. La seule solution consistait donc à trouver du cash pour couvrir ces créances. Et comme partout, quand on cherche du cash, on fait appel au contribuable sans lui demander son avis, dans ce cas, par l’intermédiaire du département du Trésor US.

La Planche à billet 

La FED détient le monopôle de l'émission du billet vert. En théorie, la quantité de billets émise devrait grosse modo correspondre aux biens valorisés cumulés par l'économie du pays. Or, lorsque la masse monétaire excède la réalité de la richesse du pays, le risque majeur est celui de l'inflation incontrôlable.
Et justement, Ben Bernanke, le patron de la FED, a pris une décision risquée : inonder le marché de papier dollar sans valeur pour éviter que les banques ne chutent. On appelle ça "sauvetage par la planche à billet". Mais en face d'un marché en constant récession, la planche à billet a fini par tomber en panne. Le risque ? L’économie américaine qui tombe avec toutes les répercussions possibles et imaginables sur l'économie mondiale car la plupart des monnaies sont indexées sur le dollar.


Mais pourquoi, pour qui ?

La FED a dû sauver un secteur financier gangréné par une totale absence d'éthique. Mais la méthode utilisée a provoqué sa propre faillite. Les grands gagnants sont les banquiers et les traders de wall street.

Conséquences ?

Depuis le 16 mai dernier, les Etats-Unis d'Amérique, première puissance économique et militaire mondiale, pourrait ne plus être en mesure de s'endetter, ce qui techniquement pourrait conduire à la faillite du pays.

En effet, selon les prévisions des services de Timothy Geithner, le plafond de la dette américaine, c’est à dire le niveau à partir duquel l’Etat fédéral ne peut plus s’endetter, sera atteint, à 14 294 milliards de dollars. Ce plafond a été fixé par le Congrès et, pour avoir une rallonge, l’administration fédérale doit théoriquement quémander au Congrès. 

Mais avec la chambre basse du congrès aux mais des républicains, il y a fort à parier que ce ne sera pas simple pour la maison blanche de quémander une rallonge, surtout que le problème n'est pas ponctuel mais systémique.

L’or qui vien d'attendre un nouveau record, à plus de 1 400 $ l’once, touchera très probablement des records historique et s'envolera vers des sommets inconnus. Alors, gardez bien vos dents en or et vos vielles boucles d'oreilles, ça risque bien de vous aider lorsque nous repasserons au troc après la chute de Wall Street. 


Quelles perspectives pour nous autres tunisiens ?

Les théories sue les alternatives l'économie de croissance fusent et finissent la plus part du temps dans un mur par manque de volonté politique : théorie de la décroissance, de l'Excroissance et j'en passe.

Une idée majeure semble cependant faire du chemin :
Sortir du libéralisme par l'économie du travail et non celle du marché, par le développement durable et bien-sûr, en pensant à notre belle planète, alors écologie !!!

Bien évidemment, nous pourrions renouer avec nos belles années de courses et de pirateries lorsqu'ils suffisait de lancer une flotte à l'assaut des côtes Nord de la méditerranée pour renflouer les caisses, ou élever des petits chatons pour pourvoir au risque de crise alimentaire mondiale : miam miam miaou miaou !

Un grand merci à Ernesto Davide pour sa contribution à cet article !

dimanche 29 mai 2011

Le génie citoyen à l'oeuvre II : les contre-pubs du PDP



Si cela vous a échappé, après les clips mielleux  du parti Ennahda (ex-organisation terroriste le mouvement islamiste), cette semaine nous avons eu droit à une campagne d'affichage urbain du PDP. On n'avait pas vu ça depuis l'ère de Zaba. L'affiche nous rappelle, avec un pincement muet, une époque révolue.

Le premier rôle est attribué à A. Néjib Chebbi, bronzé avec une dose de fond de teint rose qui assommerai Lady Gaga, la boule à zéro passée au cirage double brillance, le tout servi avec un sourire béat. 
Puis le détail qui tue : la cravate jaune ( le mauve est déjà pris).

Le second rôle est attribué à Maya Jribi, tailleur noir, bien calée derrière son patron, les mains croisées histoire de nous monter qu'elle n'est pas entrain de piquer la carte de crédit American Express du boss.

Ainsi, les panneaux géants, 4x3 mètre de bonheur chauve et jaune envahissent la quiétude post-révolutionnaire du Grand-Tunis. Les bus jaunes de la compagnie de transport public TansTu sont également maculé par l'affiche décidément "RCD".

Je sens que tu sens que quelque chose cloche dans tout ça cher lecteur, n'est-ce pas ? Ah, oui, le peuple ? Le peuple est une masse floue non-identifiable bien bien derrière nos deux judas jaunes. La jeunesse à qui l'on doit cette révolution ?


Ne cherchez pas, ici, c'est le culte de la personne, la jeunesse n'y a pas sa place.


Il est vrai que Chebbi n'arrête pas de tenter de se suicider politiquement, et en comptant bien, c'est sa quatrième tentative :
1-Chebbi qui sacrifie les jeunes et la base du PDP pour sauter dans le premier siège de ministre  au gouvernement Ghannouchi I.
2-Chebbi qui ouvre les portes du PDP aux "RCD'istes nouzahé"
3-Chebbi qui défend bec et ongle l'ex-ministre de Zaba et memebre du bureau politique du RCD Kamel Morjane sur Mosaique FM.
Mais cet article serait bien banale si l'affaire s’arrête là, n'est-ce pas cher lecteur ? Et fort heureusement, la suite est simplement délirante. Notre formidable jeunesse, qui n'as plus jamais peur, ne s'est pas laissée endormir par le PDP'isme. Et à vrai dire, c'était la goutte qui a fait déborder la vaseline qui sera bien utile au PDP dans les prochains mois.

On n'aura pas attendu longtemps avant de voir fausses affiches et vidéos-gags critiquant avec humour et subtilité le PDP'isme,  envahir le cyberespace public.

Je vous laisse apprécier le talent de cette jeunesse, qui, décidément, ne cessera jamais de nous étonner :






video



mercredi 25 mai 2011

Le génie citoyen à l'oeuvre : la contre-pub d'Ennahdha

Si cela vous a échappé, cette semaine nous avons eu droit à un clip de campagne du parti Ennahda (ex-organisation terroriste le mouvement islamiste) reprenant (ou plagiant) la campagne de Sarkozy 2007 : "ensemble tout devient possible".

Musique mielleuse à la Jason Mrahhaz, le peuple qui pêche, le peuple qui sourit béatement en travaillant dans un call center, une femme qui peint un gros vase et le contre-jour d'un coucher de soleil romantique pour achever le tableau. 

Une barbe discrète par ici, un voile sexy par là, rien à dire, Ennahda a choisi la bonne agence de com. Pas sûr que l'agence de com. ait fait un bon choix de client...l'argent, n'a décidément pas d'odeur.

Bien financé (oui, mais par qui ?), bien conseillé, les cheikhs du parti obscurantiste illégal (et oui, Ennahda est un parti anti-constitutionnel, puisqu'il ne respecte pas l'article 8 de la constitution actuelle), n'avait pas compté sur le génie citoyen. 

Talentueux, drôles et adroits, nos concitoyens se sont amusés à fabriquer une contre-pub, qui d'ailleurs, conviendrai peut-être mieux au programme politique de Ghannouchi et de ses acolytes. 
 

A gauche l'original, à droite le détournement. Par son génie, cette jeunesse tunisienne nous étonnera donc chaque jour...


  video 
 

mardi 24 mai 2011

La Suisse défie le régime de Damas

Le quotidien Suisse le Temps vient de rapporter que la Suisse gèle les avoir de Bachar al Assad le considérant comme «l'ordonnateur et maître d’œuvre de la répression contre les manifestants». Ces mesures concernent au total 23 personnalités du régime de Damas dont Maher le frère de Bachar et chef de la 4ème division de l’armée.

Selon le président de l’Organisation Nationale des Droits de l’Homme, depuis le 26 janvier dernier, au moins 1.062 personnes ont été tuées et 10.000 autres arrêtées par les forces de sécurité syriennes...tout cela pourquoi ? Pour réclamer une vie digne...

Pourtant, tout avait bien commencé pour Bachar, médecin de formation, il avait, un temps, relâché la pression insoutenable que le régime de son père excerca sur les syriens durant 30 années de dictature.

Mais très vite, influencé par l'ancienne garde de son père, il céda aux démons des dirigeants arabes : répression des intellectuels et des activistes politiques, bannissement des mouvements de défense des droits humains, restrictions imposées à la liberté d'expression,  torture, sans oublier le cruel traitement des Kurdes et les disparitions forcées. Le verdict du règne de Bachar al Assad est sombre.

S'il y a là une leçon à retenir pour nous Tunisiens, c'est qu'on ne peut être libres sans justicier les complices de ben ali et les écarter définitivement de la vie publique.


Kerim Bouzouita

lundi 23 mai 2011

La mauvaise semaine du Gouvernement Béji Caîd Essebsi


C'est sans doute une très mauvaise période pour le gouvernement Essebsi. Suite aux allégations de Farhat. BCE nous gratifie d'une interview catastrophique aux relents autoritaires qu'il a accordée à Canal 7 mich Wataniyya, Nessma Bouh la7nin TV et Cannibal TV. 

Son ton hautain et arrogant, son mépris manifeste de la liberté d'information et pour le web social ainsi que sa prise de position pour l'appareil (in)sécuritaire contre les manifestants et les journalistes lui aura valu une crise de confiance sans précédent depuis sa prise de fonction.

Ce choix stratégique semble pourtant jouer contre BCE. L'ONU vient, en effet, de révéler que la police torture encore sous le gouvernement Essebsi. La crise de confiance risque bien de s'aggraver après que le Secrétaire d'Etat à la Jeunesse et au Sport, son excellence :) Slim Amamou ait annoncé sa démission et confirmé l'existence "d'aucun un gouvernement de l'ombre..."

Les flics ont le pouvoir dans la rue, mais nous commandons le Web. La jeunesse ? Elle triomphe et triomphera toujours, je vous laisse en musique avec Essebsi'Song.

-----------------------------------------------------------------------Kerim Bouzouita


video

dimanche 22 mai 2011

Sur la e-notoriété des partis politiques tunisiens

Voilà que la campagne de communication, de propagande, d'information et de désinformation est lancée depuis quelques semaines. Au-delà des classiques meetings, plus ou moins fréquentés par le public citoyen, chaque parti essaye de se démarquer selon ses propre moyens. Essayons d'y voir plus clair...


Les obscurantistes de l'Islam politique maîtres du web et du social ?

Pour Ennahda, la très couteuse campagne de Personal Branding de Rached Ghannouchi semble avoir été terriblement efficace. A coup de dizaines de milliers de dollars qui serviront d'argent de poche au jeune Marc Zuckerberg, Rached a vu son visage nahdaoui placardé sur la page d'accueil d'environ 2,2 millions de facebookeurs tunisiens durant quelques semaines. Résultat : 123.000 fans, très loin devant Nejib Chebbi et Saber Rebai.

Cependant, le culte de la personne n'est certainement pas le seul axe de communication des nahdaouis. Leur branche "artistique" tourne autour de quelques chansonniers au discours salafiste. Le jeune Psycho M, par exemple, anime leurs meetings en appelant au meurtre de Nouri Bouzid pour chauffer un public en manque de vitriol.

Le parti des Cheikh s'inspire également des méthodes des "Frères Musulmans" égyptiens, en investissant le social pour distiller son message auprès des plus jeunes votants en offrant notamment "gratuitement" des cours privés aux bacheliers.

Pour finir avec les obscurantistes, cette semaine, nous avons eu droit à un clip de campagne reprenant (ou plagiant) la campagne de Sarkozy 2007 : "ensemble tout devient possible".
Musique à la Jason Mraz, le peuple qui pêche, le peuple qui sourit béatement en travaillant dans un call center, une femme qui peint un gros vase et le contre-jour d'un coucher de soleil romantique pour achever le tableau. Une barbe discrète par ici, un voile sexy par là, rien à dire, Ennahda a choisi la bonne agence de com. Pas certain que l'agence de com. ait fait un bon choix concernant le client...l'argent, n'a donc pas d'odeur ?

video


Et les autres ?

Pour Ettajdid, le CPR, el PDP, Ettakattol, el PCOT et les autres opposants historiques, rien d'aussi original et invasif : meetings, web TV et لمن إستطاع إليه سبيلاً affichage urbain 4X3 mètres de bonheur chauve comme pour les judas jaunes ci-dessous : 



L'UMP made in Tunisia 
 
Le seul nouveau parti qui fait une percée médiatique spectaculaire est l'in-con-tournable Afek Tounes. A coup de gros sous dépensés dans d'immenses banderoles haut de gamme et d'une stratégie de Communication qui n'a rien à envier au marketing politique de l'U.M.P, les néo-libéraux (dans un pays émergent !! ? Oui oui, ne rigolez pas, ce n'est pas une farce ils sont sérieux :) séduisent la majorité silencieuse et autres amateurs de sur-production, sur-consommation, sur-croissance, croissants aux amandes, sans oublier el Amn wal Amène.


Les chiffres
 
Quant à la e-notoriété de tout ce beau monde, si l'on se fie au fanpages facebook, deux énormes (une bonne et une mauvaise) surprisqe nous y attend. D'abord la mauvaise : deux émanations du RCD occupent la 2ème et la 8ième positions du classement. La bonne surprise est la 4ième position occupée par le Parti Pirate tunisien. Enfin, un parti de jeunes avec des propositions essentielles à la liberté d'expression et d'information.   


1-Congrès pour la République : 20.727
2-l'initiative (fondé par K.Morjane: membre du comité central et du bureau politique du RCD et ministre de Zaba) : 15.822

3-Afek Sfax (pardon, je voulais dire Afek Tounes) : 14.488

4-Al Wifak : 13.221

5-POCT : 11.692

6-PDP : 7.266

7-Le Parti Pirate Tunisien : 5.680


8-el watan (fondé par Jgham et Friaa, ministres de Zaba) : 5.417

9-Ettajdid : 4.021

10-l'UPR : 3.509

11-Ettakattol : 1.304

12-Le parti des ânes tunisiens : 17


Quant au classement des leaders :

1-Rached Gannouchi (Ennahda): 123.000

2-A.Nejib Chebbi(PDP) : 25.000

3-Moncef Marzouki : 16.729

4-Mostfa Ben Jaafar (Ettkattol) : 10.000
5-Ahmed Brahim (Ettajdid) : 1.150
6-Kamel Morjane (l'initiative): 264

7-Ahmed Friaa (al watan): 26

Que peux-t-on retenir de ces différents classements ?

Bien que ces chiffres ne soient pas à mettre en phase avec la réelle notoriété des partis, ils nous révèlent toutefois certains axes stratégiques :

1. Les quatre partis qui prennent au sérieux le pouvoir du web dans la fabrication d'une opinion de masse favorable semblent être Ennahda, l'initiative, el PDP et Afek. Ces partis disposent des financements plus importants financements privés (et parfois obscurs, mahou Cheikh Rached et Si Kamel Morjane ?)

2. Trois stratégies se distinguent bien qu'elles soient juxtaposées la plus part des cas : 

a. la starification et le culte de la personne pour Ennahda, el PDP, Ettakattol.

b. la promotion du parti :  l'initiative (essentiellement pour occulter la présence de Morjane et de Aziz Miled derrière tout ça). Afek qui joue ouvertement la carte "nous sommes une équipe". Al Wifak,

c. la promotion des idées et du programme défendu par le parti  : Ettajdid, le C.P.R. D'ailleurs, le CPR tire peut-être son épingle du jeu en proposant un espace de débat et non pas une fan page...


d. nous avons un Parti des ânes Tunisiens !!!!!

Et maintenant ?
Les obscurantistes, les crapules RCD'istes et les "retourneur de veste" soutenus par les bailleurs de fonds de Zaba pointent en tête des classements de popularité, grâce à un excellent community management et aux éternelles milices médiatiques de la honte.

Si nous leur abandonnons le web social, nous leur abandonnerons également les clés de l'opinion et la fabrication des valeurs de notre Société à venir.

Il est temps pour les honnêtes citoyens de prendre parti pour un parti en dépassant l’écran de fumée médiatique et en se fiant AVANT TOUT au programme et au passé politique de ses fondateurs et militants. Puis, il s'agira de défendre ses valeurs pixel par pixel dans le web social et en dehors...car comme lavait deviné Marshall McLuhan "le média est le message"...

--------------------------------------------------------Kerim Bouzouita
Contrat Creative Commons
readwriteworld de readwriteworld est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Partage à l'Identique 3.0 non transcrit.
Basé(e) sur une oeuvre à www.readwriteworld.blogspot.com.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à www.readwriteworld.blogspot.com.